Nouvelle tendance de la mode chinoise

Image mise en avant Nouvelle tendance de la mode chinoise 1 300-300

Aujourd’hui, en Chine la nouvelle tendance de la mode chinoise, la Fast Fashion, c’est très important et c’est plus important que les marques de luxe. Le modèle institué par Zara est très apprécié, il est plus commercial, plus rentable. Mais est-ce cela la mode ?

Jean-Marc Chauve est diplômé de l’université de Lyon avec un D.E.S.S. (études des phénomènes de mode et de création). Il a travaillé pour le bureau de style Nelly Rodi et a collaboré avec la Maison Martin Margiela. Jean-Marc a ensuite créé la marque de prêt-à-porter créatif “Sept”. Il est aujourd’hui directeur de la marque Imane Ayissi. Depuis plusieurs années, ce couturier talentueux collabore avec les marques chinoises et parcourt les fashion s week en Chine.

La nouvelle tendance de la mode chinoise

 C’est vrai, sauf que le système de la mode est plus complexe que cela. D’abord, la FastFashion ne peut pas vivre sans les marques de luxe et les marques de créateurs, car ce sont eux qui font des recherches pour créer de nouveaux produits. Ils vont, chaque saison, apporter de nouvelles idées et vont être les moteurs des nouvelles tendances. Les marques de la FastFashion ne font que recycler cela et sans les marques de luxe et des créateurs, la FastFashion n’existerait pas. Zara n’est pas tout à fait une marque, c’est un distributeur qui recycle les tendances. De ce point de vue, Zara a raison si c’est pour vendre en masse à prix intéressant les tendances du marché…

Dans les pays occidentaux, la FastFashion, c’est très bien, mais pour que cela fonctionne, il faut vendre énormément et cela veut dire qu’il ne peut pas y avoir quinze acteurs de la FastFashion en Europe et je ne suis pas sûr qu’en Chine, cela soit différent. Le jour où un acteur s’imposera comme le « Zara chinois », il sera seul où il aura un ou deux concurrents même si la Chine est un énorme marché. Mais tout le monde ne peut pas vendre de la FastFashion, car le marché ne serait pas assez grand.

Avez-vous trouvé une vision différente sur la mode entre la France et la Chine ?

La principale différence tient un peu à l’histoire, mais aussi comment chacun considère la mode. En France, la mode s’est créée notamment avec la Haute Couture par des gens qui étaient au départ des techniciens et surtout des créateurs (qui ne s’appelaient pas comme cela au départ). Il y avait donc une vision qui portait avant tout sur la qualité du produit, sa créativité et la capacité du couturier à inventer des choses nouvelles.

En Chine, l’histoire récente de la mode vient de l’industrie et du commerce donc d’entrepreneurs de mode, pas des créateurs. Ce sont avant tout des industriels et des commerçants qui ne sont pas forcément très attachés au produit même, mais qui veulent gagner de l’argent assez rapidement. Souvent, ils ne prennent pas forcément le temps de construire une marque sur le long terme, c’est-à-dire de créer un vocabulaire, une vraie identité ce qui exige beaucoup du temps. Comme ils veulent vite gagner de l’argent, ils changent régulièrement de style de produits ou même de marque en fonction des mouvements à court terme du marché. Ce sont des approches totalement différentes entre la France et la Chine.

Comment voyez-vous l’évolution de la mode en Chine ?

Il y a deux choses : la Chine globalement et pendant très longtemps, était considérée comme une usine à fabriquer des vêtements FastFashion pour les marques européennes. Maintenant, ce n’est plus le cas. Il y a des capacités réelles et beaucoup plus vastes, les fabrications ont beaucoup évolué. Aujourd’hui il y a toujours des usines et des ateliers capables de produire de la FastFashion pas très bien fabriquée et pas chère, mais il y a aussi des usines et des ateliers capables de produire des produits de luxe extrêmement bien fabriqués comme les usines italiennes par exemple. On peut donc maintenant tout produire en Chine, y compris le luxe !

Par ailleurs, autrefois, les premières marques chinoises faisaient des produits assez basiques là aussi pour vendre sur le marché chinois de manière très large. Aujourd’hui il y a des marques chinoises qui sont très modernes, très contemporaines et qui sont très tendance. Il y a tous les niveaux de gamme, mais qui restent encore assez  chères par rapport à l’identité et la créativité de la marque. Il y a beaucoup de marques qui se positionnent en milieu de gamme et qui sont en concurrence de marques comme par exemple la marque Sandro ou d’autres équivalentes. On ne peut pas dire que ces marques aient avec une forte identité et créativité spécifique, elles sont encore dans l’ensemble très dépendantes des tendances. C’est un peu-là aussi une différence.

On le constate : les marques chinoises sont comme je l’ai dit, plus modernes et plus tendances mais elles sont encore influencées soit par les marques européennes, c’est-à-dire qu’elles vont recycler les tendances apparues sur les FashionWeeks de Londres, de New-York, de Paris… Mais d’autres influences émergent également surtout chez les jeunes, avec des tendances qui viennent du Japon et de la Corée. On ne peut pas dire qu’il y ait encore une créativité chinoise spécifique très forte mais elle est en bonne voie… Cependant, il existe déjà un certain nombre de créateurs chinois singuliers, souvent positionnés sur le luxe créatif, qui ont souvent étudié en Europe ou aux Etats Unis et qui sont très intéressants. Mais pour le moment, ils ont souvent plus de succès à l’étranger qu’en Chine…

Nouvelle tendance de la mode chinoise

Version chinoise
https://mp.weixin.qq.com/s/2Rlt-JNbOYc7m2TrZTcZfA

AIRS DE PARIS

airsdeparis2@gmail.com

Copyright 2021 - Airs de Paris - Tous droits réservés