Constance Guisset

Le design avec un grand D

La Ville de Paris vient de lui attribuer le Grand Prix du Design. Elle le reçoit en même temps que le Prix du créateur de l’année à Maison & Objet. Le musée des Arts décoratifs offre une rétrospective consacrée à ses dix ans de création.

Connue pour le caractère éclectique et poétique de ses réalisations, les champs d’investigation de Constance Guisset sont multiples : design, scénographie d’expositions ou de spectacles, architecture, installations et vidéos. Synthèse des recherches expérimentales et formelles de Constance Guisset, l’exposition du musée des Arts décoratifs met en exergue l’identité plurielle et pluridisciplinaire de son œuvre, prolongeant les réflexions amorcées sur l’objet, un élément placé au cœur de la vie et des missions du grand musée parisien.

L’exposition Constance Guisset se déploie sur différents espaces à travers un cheminement menant le visiteur de ses œuvres phares à ses dernières réalisations, tout en expliquant le processus de création. Chaque salle est nommée par un verbe d’action qui évoque la vie, l’usage et l’intention des objets ou des installations. Ce parcours immersif s’articule en deux volets : le premier se dédie au travail de scénographe, le second, au design.

Plusieurs créations sont emblématiques. Vertigo (lampe) entre dans un désir de légèreté, d’asymétrie, de mouvement, de souplesse, de transparence et de géométrie. Cape(suspension) pour son enveloppe évocatrice, soit le fait que chacun peut y voir ce qu’il désire, pour la sensualité et la douceur des courbes libres mais rigoureuses, pour la lumière fantomatique qui s’en dégage. Francis (miroir) pour l’évocation et le rapport au temps. Plus récemment, le Miroir Time and Tide qui transmet une idée (la marée), dans une matière sensuelle glissant entre douceur sucrée et nuage. Canova (un plat en trompe-l’œil) pour son rapport au travail de la main, à la sensualité et à l’évocation sensible de l’histoire de l’art, à la façon d’un « cheese naan » (pain indien au fromage), ou, pourquoi pas : un chewing-gum écrasé.

Quelle est votre relation avec l’objet ?

J’ai choisi de devenir designer d’objets. Je me suis toujours intéressée à la façon dont ils étaient pensés, fabriqués et utilisés. Les objets du quotidien sont les témoins de notre mode de vie et de notre histoire : ils racontent nos usages, nos connaissances techniques et nos goûts esthétiques.

Quelles sont les sources d’inspiration pour vos créations ?

L’inspiration est diffuse et peut prendre des formes très diverses. De façon générale, le terrain créatif est comme un terreau que l’on cultive et qui se nourrit de tout ce qui lui est apporté : des observations, un regard, un mouvement, un objet différent, un dessin, une œuvre, un besoin identifié, une recherche non identifiée, un cahier des charges extérieur, une idée intérieure… La création est à l’image d’une plante : elle pousse sur ce terrain et se nourrit de l’un ou de l’ensemble de ces éléments. Dans cette exposition, j’ai tenté de lever le voile sur quelques éléments servant de terreau à cet univers créatif en présentant au public dans une des salles un collage de grande dimension spécialement conçu pour l’occasion et qui rassemble des éléments.

AIRS DE PARIS

airsdeparis2@gmail.com

Copyright 2018 - Airs de Paris - Tous droits réservés