Pourquoi, les journalistes sont intéressés par la mode en Chine?

Image mise en avant Pourquoi aujourd’hui, les journalistes sont intéressés par la mode en Chine 300-300

Pourquoi aujourd’hui, les journalistes sont intéressés par la mode en Chine ? Paola SANDOVAL est journaliste engagée. Co-fondatrice de l’agence de reportages Eurolatinnews, elle décrypte cette nouvelle génération chinoise.

Pourquoi, les journalistes sont intéressés par la mode en Chine?

La presse découvre, sans doute avec surprise, les grandes marques de la mode en Chine. Tous les journalistes mode du monde portent aujourd’hui son regard de spécialiste sur l’évolution de ce secteur.

Quand on parle de la mode, on pense d’abord à la mode occidentale. En fait, la mode chinoise dans l’antiquité était très développée, avec de remarquables vêtements, broderies, accessoires, bijoux, voire même la porcelaine et le jade, les meubles et les jardins, si on considère tout cela comme faisant partie de la mode au sens large. La Chine compte 56 groupes ethniques, chacun avec un patrimoine important, autant de richesses à développer par les stylistes chinois qui ont pu accumuler leurs expériences à la fois chinoises et occidentales.

Les entreprises chinoises ont elles aussi activement participé à la distribution de certaines grandes marques internationales, dont certaines entreprises avaient déjà obtenu la représentation commerciale exclusive en Chine.

Les Chinois apprennent vite et innovent tout aussi rapidement. Prenons l’exemple de l’e-commerce.

La Chine est la seule grande économie au monde à avoir connu une expansion du commerce de marchandises en 2020. L’économie chinoise continue d’afficher une force immense et le pays est désormais le premier partenaire commercial de 128 pays à travers le monde. La Chine a exporté pour 2,643 trillions de dollars de marchandises en 2019, ce qui représente 18% du PIB et en fait le plus grand exportateur du monde.

La reprise intérieure post-covid et le boom économique en Chine ne sont pas un mirage. D’après les chiffres officiels compilés par iResearch/China Internet Watch de mars dernier (selon le système numérique américain), le marché du e-commerce transfrontalier chinois, B2B et B2C confondus, a atteint 6 trillions de yuans en 2020 ($923 milliards usd), soit 18,75% du total de toutes les importations et exportations chinoises. Le ecommerce crossborder B2C chinois est évalué à 1,5 trillion de yuans ($230 milliards usd) l’année dernière, le B2B à 4,5 trillions de yuans ($693 milliards usd) soit un quart de tous les exports B2B du pays.

Les analystes prévoient un marché B2B en ligne de 19 trillions de yuans en 2025 (environ $3000 milliards usd) avec presque 39% des transactions transfrontalières faites en ligne.

La raison pour laquelle les stylistes chinois n’ont pas été couronnés de succès lors des salons de la mode de réputation internationale durant la décennie 2005-2015 est que l’industrie de la mode chinoise n’était pas aussi mûre qu’aujourd’hui. Ils ont profité de cette décennie pour se préparer. Depuis 2015, beaucoup de stylistes chinois ont émergé, en attirant l’attention du public à l’extérieur comme à l’intérieur de la Chine avec leurs propres marques et leurs créations aussi impressionnantes que celles des grandes marques au niveau des matières, de la conception, de la couture et de la décoration.

Dans le même temps, les habitudes des Chinois amateurs de luxe et de mode ont changé. Les Chinois dépensaient en particulier près de 1 milliard d’euros en produits de luxe en 1995, 6,5 milliards dix ans plus tard, 78 milliards en 2015 et devraient débourser 165 milliards en 2025, selon les analyses de Broker Jefferies.

Cela représente presque la moitié des produits de luxe du monde. La Chine aime le luxe mais surtout la Chine aime la mode et son savoir-faire.

La mode est un langage universel, comme la musique, et ne connaît pas de frontière. Les étrangers peuvent également porter avec élégance des vêtements chinois. Beaucoup d’éléments asiatiques ou chinois ont été empruntés par des grandes marques, en particulier la broderie chinoise et le motif du lotus.

Quarante années de développement depuis la réforme et l’ouverture en 1978 ont imprimé leur marque dans le pays. Les Chinois font plus d’attention à leur qualité de vie matérielle comme spirituelle et savourent maintenant la mode de la même manière qu’ils savent le faire pour le thé, c’est-à-dire avec un meilleur jugement esthétique, afin de ne plus choisir aveuglement. Une évolution visible chez les consommateurs de mode mais également bien sûr chez les créateurs.

Les jeunes générations chinoises ont une vision plus large, font preuve de plus de créativité et d’une plus grande vigueur. Elles sont plus sensibles aux nouvelles choses. Si elles se mettent à exploiter en profondeur le patrimoine culturel chinois auquel la mode est très liée tout en mettant à profit leur expérience acquise auprès de la mode occidentale, l’industrie de la mode chinoise ira sûrement très loin.

Paola-SANDOVAL-Pourquoi aujourd’hui, les journalistes sont intéressés par la mode en Chine

Paola SANDOVAL

Co-fondatrice de l’agence de reportages Eurolatinnews. Présidente d’honneur de l’Association de la Presse Etrangère en France et membre du Bureau Exécutif de l’ONG Reporters Sans Frontières.
Elle a débuté sa carrière chez l’agence Reuters. Elle a travaillé chez Antena 3TV en Espagne et depuis 2010 elle est basée à Paris et exerce comme correspondante en Europe pour d’importants médias d’Amérique Latine.
Passionnée de cinéma, elle est membre Jury des prix Lumières (considérés les Golden Globe de France) et des Prix Platino (considérés les Oscars du cinéma ibéro-américain).
Amatrice de culture, elle a travaillé également en Espagne dans le monde de la musique avec plusieurs artistes renommés de la compagnie Bell Music.
Elle est aussi bénévole dans le milieu hospitalier depuis son adolescence. Maintenant à l’hôpital Necker.

Version chinoise
https://mp.weixin.qq.com/s/yYl7U8D2RNBn4-NkuJQVrQ

AIRS DE PARIS

airsdeparis2@gmail.com

Copyright 2021 - Airs de Paris - Tous droits réservés