Aimer notre Terre

La forêt amazonienne disparaît, l’Australie brûle, la Nouvelle-Zélande se défigure…

Et voilà qu’à présent coronavirus fait des ravages sur l’ensemble de la planète. Cette pandémie est un événement planétaire inédit, dans le sens où notre humanité découvre pour la première fois ce virus. 

Comment trouver un sens à ces catastrophes naturelles? Nous avons rencontré Rosanna Narducci auteure de plusieurs ouvrages sur la question, dont : « la Terre, mémoire & instrument de civilisations galactiques » (éd. Hélios), 3 tomes « Conclave » et « Mémoires d’Orion » (éd Ariane, co-écrit avec Marc Vallée). Rosanna est conférencière et organise des stages sur le développement personnel dans le monde.

Il y a beaucoup de catastrophes sur la terre. La terre envoie-t-elle un message aux êtres humains ?

La terre, à mon sens, représente notre maison, notre mère, notre matrice de vie… En tout cas, je pense qu’elle rappelle à l’être humain que nous sommes en lien, que nous sommes inter-reliés. On ne peut plus exploiter la terre, utiliser ses ressources sans la respecter, utiliser une technologie sans tenir compte « du vivant ». Oui peut-être qu’actuellement la terre nous joue « un rappel à l’ordre » ! Tout ce que nous, Humains avons du mal à libérer, la moindre des zones de violence, de crises intérieures traversées nous amène à faire face à de sérieux problèmes. Il y a très longtemps, dans certaines traditions, je pense notamment aux Amérindiens, des gardiens de la terre, lorsque les femmes pratiquaient des rituels avec leur lune qu’elles offraient à « Terre mère». Leur sang n’était alors pas issu de la souffrance humaine. C’était ce qu’on appelait « un sang de rédemption ». Ce sang permettait de libérer tout système émotionnel. Nous avons perdu tout cela. Je le dis car je pense que ce serait tant important que les femmes de la terre qui sont les gardiennes du temple, puissent ramener cette conscience du féminin, soit de la protection, du respect du vivant.

La terre nous appelle justement à retrouver les qualités du féminin, elle réclame de l’écoute, de la sensibilité, de l’empathie pour protéger le vivant !

Peut être que aussi la Terre mère nous appelle et nous demande de développer cette unité de cœur, de prendre soin d’elle parce que elle prend soin de nous. N’oublions pas qu’elle nous nourrit à chaque instant. Malgré toutes les pollutions, le gaspillage fait, elle est reste tout de même présente… Je pense qu’il est important que l’humain lui offre cette humble gratitude.

Conscience personnelle ! Le respect du vivant, la façon dont on traite aujourd’hui la planète sont des sujets primordiaux. Est-ce que je continue, par exemple, à manger des produits qui ne sont pas de saison et qui forcément génèrent une pollution ? Est-ce que je continue à me nourrir avec des protéines animales ? N’oublions pas que pour nourrir des bovins il faut leur fourguer des quantités de céréales… Est-ce que ces céréales ne pourraient précisément pas être simplement redistribuées sur la planète, pour ainsi éviter la famine dans le monde ?  Est-ce que l’on ne pourrait pas prendre conscience de ces enjeux, être bienveillants envers les autres en respectant la planète ?

Est-ce que l’amour est l’antidote de la peur ?

Oui, l’amour, à mon avis est vraiment libérateur. Quittons alors nos peurs… Nous devrons accepter notre puissance. Notre puissance ne se situe pas dans la technologie, dans ce que nous pourrions créer. Nos valeurs se situent dans cette qualité d’être. Et pour moi l’amour va nous permettre peut-être de découvrir bien des potentiels en nous, lesquels sont pour l’instant dans l’attente. Des potentiels qui vont peut-être nous faire développer des antidotes. Respirons ! Entrer aussi dans ces états de crise, comprendre ce qui est essentiel pour nous n’est-il pas la clé de notre raison d’être sur terre ? Quand on croise la maladie, la mort que cela entraîne parfois, nous réfléchissons alors. Posons-nous les bonnes questions : qu’est-ce qui est essentiel aujourd’hui pour nous ! A plus de la solidarité, plus de compassion et moins de jugement, nous y gagnerons.

Est-ce que l’amour peut être notre force ?

Oui, l’amour est notre force ! Elle est notre une puissance qui nous dépasse souvent. Les maîtres, les grands instructeurs, les Bouddha… Les instructeurs venus sur Terre, ont à chaque fois apporté une qualité vibratoire faite d’amour et de compassion. Ils sont venus à des moments où il y avait tant d’anarchie, beaucoup de grands problèmes… Aujourd’hui, je pense que l’humanité est arrivée à un niveau de conscience qui doit nous faire sortir de l’existence matérielle, nous devons découvrir l’amour en vers nous-mêmes et les autres. Trouver où se situent notre puissance, notre rayonnement, l’humilité, la simplicité, la bienveillance… Si chacun pouvait apporter un brin d’attention, elle nous connecterait à une octave supérieure !

Plus d’information : https://www.christalchaya.com

 

AIRS DE PARIS

airsdeparis2@gmail.com

Copyright 2018 - Airs de Paris - Tous droits réservés