AIRS DE PARIS

Créativité et Cultures

Le marché de l’immobilier résidentiel : Incertitude…

Image mise en avant Le marché de l’immobilier résidentiel Incertitude…1-300

Après un début d’année 2022 florissant, la dynamique du marché immobilier résidentiel semble légèrement marquer le pas depuis l’automne. Cette tendance devrait s’accentuer en 2023 avec des certaines incertitudes.

Le marché immobilier poursuit sa dynamique amorcée en 2019. L’année 2022 devrait être la deuxième meilleure année, en matière de transactions, depuis 20 ans. À fin novembre 2022, le nombre de ventes (actes signés) réalisées est de 1 116 000 sur 12 mois glissants, en léger recul (-6% sur un an) par rapport à novembre 2021 (1 188 000 ventes). En 2022, la FNAIM estime que 1 100 000 ventes ont été conclues, soit la 2ème meilleure année.

Le marché de l’immobilier résidentiel : Incertitude…

Mais cette performance est en trompe-l’œil, car, après un bon premier trimestre, le nombre de ventes diminue inexorablement.

Cette tendance s’observe dans les secteurs où les prix avaient le plus augmenté : le phénomène est, sans surprise, particulièrement marqué en Bretagne et dans le Sud-Ouest.

« Porté par la bonne santé du 1 er semestre et des taux d’intérêt toujours attractifs, le marché immobilier est resté globalement dynamique en 2022. Cependant, nous constatons une forte décélération en fin d’année, qui impacte l’ensemble du marché, et qui devrait se poursuivre dans les mois à venir » analyse Loïc CANTIN, Président de la FNAIM. « L’effet de l’inflation de ces derniers mois et les difficultés croissantes dans l’accès au crédit immobilier se font clairement ressentir sur le nombre de transactions. »

Les prix résistent globalement face à l’inflation Si les prix affichent, au niveau national, une bonne résistance face à l’inflation (+6,7% hors inflation au 1 er janvier 2023) , on note toutefois des disparités entre Paris et les grandes métropoles où les prix ont tendance à s’éroder, comparativement aux villes de taille moyenne et aux stations balnéaires ou de ski, où ils continuent de progresser, respectivement de 6,7%, 10,7% et 10,3%.

Les prévisions de la FNAIM pour 2023

Les taux d’intérêt devraient poursuivre leur progression au moins jusqu’au printemps. Cette évolution sera déterminante pour le marché immobilier en 2023 et devrait conduire à une baisse des volumes de ventes dans l’année à venir, volumes qui devraient ainsi recouvrer leur niveau de l’automne 2020. Pour la Fédération nationale de l’immobilier, les volumes de ventes devraient baisser en 2023 (d’environ 10 % à 1 million de ventes)

La décélération des prix déjà engagée devrait perdurer et les baisses observées à Paris et dans quelques métropoles régionales se confirmer tout au long de l’année.

Les prix de l’énergie pèsent sur les budgets des propriétaires

L’année s’annonce particulièrement compliquée dans les copropriétés, qui vont devoir d’abord faire face à l’augmentation des prix de l’énergie, à commencer par ceux de l’électricité et du gaz. Un sondage flash réalisé fin décembre par la FNAIM auprès de ses adhérents syndics, montre que près de 40% des syndics enregistrent un retard dans le paiement des charges en fin d’année. Malgré tout, la FNAIM salue la mise en place du bouclier tarifaire pour le chauffage collectif, qui reste un dispositif d’atténuation précieux et la perspective d’un « tarif plafond ».

Le marché locatif face à une pénurie de biens

Du côté du marché locatif, la situation, déjà tendue, pourrait empirer. La remontée des taux de crédits liée au taux d’usure a entrainé une profonde évolution du profil des primo-accédants. Ces derniers, pour pouvoir accéder à l’emprunt ont désormais besoin d’avoir des revenus supérieurs ainsi que des apports conséquents, réduisant d’autant la capacité d’accès au crédit pour de nombreux ménages.

Conséquence : les candidats à la location sont plus nombreux et les biens de plus en plus difficiles à trouver, du fait d’une moindre rotation dans le parc et de son faible renouvellement par le neuf. Sans compter que la difficulté grandissante à louer des biens énergivores risque d’entrainer un transfert croissant de ces logements du marché locatif à celui de la transaction.

Sources : FNAIM

La Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM) est la première organisation syndicale des professionnels de l’immobilier reconnue représentative dans la branche de l’immobilier . Ses adhérents exercent tous les métiers de la transaction, de la gestion, de la location, de l’expertise, du diagnostic, etc.

AIRS DE PARIS

Contact : airsdeparis2@gmail.com

Média reconnu par la Commission Paritaire de Publication et Agence de Presse

Copyright 2022 - Airs de Paris - Tous droits réservés