Terre et Villes

Image mise en avant Terre et Villes

La Métropole du Grand Paris présente, au sein de la Biennale d’Architecture et de Paysage 2022, un pavillon conciliant ses ambitions en matière d’innovation et de préservation de la nature en ville, imaginé par l’agence ChartierDalix. En lien avec la thématique de cette édition, « Terre et Villes », ce pavillon souhaite donner à voir les ambitions de la Métropole en réponse aux enjeux climatiques.

C’est une œuvre architecturale d’exception, en dévoilant un pavillon qui constitue la première expérience d’un bâtiment reposant sur le principe d’une paroi de biodiversité.

Terre et Villes

Désireuse de faire de ce pavillon un lieu de diffusion culturelle interdisciplinaire durant la Biennale, la Métropole expose en son sein des photographies valorisant le lien unique entre le territoire métropolitain et la terre. Des œuvres éphémères et sonores ainsi que des performances accompagneront épisodiquement les déambulations des visiteurs dans le pavillon.

Conçu dans le cadre d’une recherche menée par l’agence ChartierDalix depuis plusieurs années, cet ouvrage est à la fois un mur porteur massif et un sol vertical, habité par la faune et la flore. Tellurique, compact et enveloppant, il s’apparente à une fabrique de jardin qui ponctue la promenade. Le Pavillon de la Métropole du Grand Paris, avec sa paroi de biodiversité, est une invitation à penser ensemble la Métropole de demain où ‘hybriderait la nature et la ville.

Terre et Villes 2

 L’originalité de ce système tient dans la continuité d’un réseau de substrat à l’intérieur du mur autoportant et dans l’épaisseur de sa couche surfacique. La conception de ce réseau vise à la fois la continuité écologique d’un substrat « vivant » et la rétention de l’eau, afin de permettre aux plantes de s’y développer de manière pérenne, grâce à un espace plus grand dédié aux systèmes racinaires.

Ce pavillon est aussi un démonstrateur des ressources cachées de la ville : il expose le potentiel lié aux gisements de matériaux, les enjeux liés à leur revalorisation et incite à une réflexion sur la restauration des milieux écologiques en zones urbaines.

Toutes les pierres utilisées pour la construction de cet ouvrage proviennent des grands chantiers parisiens tels que le démantèlement des berges de Seine, la réfection du Palais de Tokyo et du chantier des Halles. Ainsi, il témoigne du champ des possibles offert par le réemploi, le savoir-faire et l’imagination pour nos constructions de demain.

La programmation culturelle et artistique proposée dans le cadre du Pavillon favorise les réflexions sur la Métropole de demain. À ce titre, la Métropole du Grand Paris est accompagnée dans cet événement par les Ateliers Médicis, équipement métropolitain dédié à la jeune création et aux émergences artistiques, pour valoriser la diversité et la vitalité culturelles qui font vivre la Métropole.

Un pavillon situé à un emplacement privilégié à proximité immédiate du Château de Versailles, la Métropole du Grand Paris s’est proposée de tisser un lien entre ce joyau du patrimoine et la création artistique contemporaine.  Voici l’entretien exclusive pour Airs de Paris, Patrick Ollier, Le président de la Métropole du Grand Paris, et Florence Louette, Cheffe du Service Attractivité, Economie de Proximité, Culture et Tourisme chez, nous expliquent la future de ce pavillon et leur ambition culturelle.

Terre et Villes 3

 Patrick Ollier : Effectivement ce pavillon est exceptionnel, il démontre la volonté de la métropole de s’orienter vers la transition énergétique et la transition écologique, c’est donc un acte symbolique. Il est important pour nous de montrer par cet acte symbolique, la volonté que nous avons. À ce moment-là, il est important d’avoir ces pavillons qui circulent ; notamment dans la région parisienne.

L’idée c’est que nous puissions l’installer dans une ville pendant quelque temps, pour arriver au moment des Jeux Olympiques pour l’installer dans le parc du centre aquatique olympique, qui sera tout à fait en correspondance avec la symbolique de ce pavillon. Ce sera donc la jonction entre les Jeux Olympique et la métropole grâce au pavillon. Il a encore une longue vie devant lui car c’est un démonstrateur de qualité de talent.

 Terre et Villes 4

 Florence Louette : Nous avons cette ambition culturelle. Nous faisons avec les moyens que nous avons et également avec les compétences qui ne sont pas toujours évidentes au niveau de la métropole du grand Paris. Notre ambition c’est quand même, cette mise en réseau, cette animation du réseau culturel, à travers des événements effectivement comme La nuit blanche et le développement des plateformes de musée numérique. Notre action se porte principalement sur les 130 communes qui composent la métropole. C’est à travers le soutien aux communes et l’animation des réseaux culturels, que se porte l’action culturelle.

Proposition de lecture : https://www.airsdeparis.fr/focus/le-developpement-durable-et-le-bambou/

AIRS DE PARIS

Contact : airsdeparis2@gmail.com

Média reconnu par la Commission Paritaire de Publication et Agence de Presse

Copyright 2022 - Airs de Paris - Tous droits réservés